Comité de direction

Le comité de direction conseille le CRHSC sur le programme Le talent de leader 3, y compris sur les jumelages entre les mentors et les personnes mentorées. Le comité est composé de leaders du monde des arts et de la culture de l’ensemble du secteur et du pays.

 

Richard Hornsby (Président)

Richard Hornsby est un musicien, un éducateur, un administrateur et un militant du domaine des arts très actif. Spécialiste de la clarinette et du saxophone, il a été soliste et musicien de chambre au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il a également fait partie de grands orchestres canadiens comme l’Orchestre du Centre national des arts et de Toronto Symphony. Au saxophone, il a été membre du Canadian Saxophone Quintet ainsi que du nouvel ensemble de musique du Nouveau-Brunswick, Motion, maintenant Motion2, avec qui il a tourné partout au Canada et en Europe, participé à de grands festivals de musique et enregistré de nombreux CD. Il est aussi le fondateur et directeur artistique de Sinfonia Atlantique, l’orchestre de chambre professionnel de l’est du Canada. Très recherché comme musicien, chef d’orchestre, professeur, clinicien, membre du jury et conférencier, Richard a toujours une carrière musicale active tout en occupant le poste de directeur de la musique à l’université du Nouveau-Brunswick où il enseigne la direction d’orchestre, l’histoire de la musique canadienne, la technologie de la musique et où il dirige des ensembles. Il est aussi chef et directeur musical de l’orchestre de chambre de Fredericton.

Monsieur Hornsby a été actif au niveau local, provincial et national. Il a été, entre autres, président de l’Orchestre des jeunes du Nouveau-Brunswick, président du New Brunswick Arts Board et président du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick. Il est présentement président du Conseil des ressources humaines du secteur culturel du Canada, président de Musique Nouveau-Brunswick, de CulturePlus et il a été membre fondateur de l’Alliance d’arts Fredericton. Il se passionne pour le rôle des arts dans notre société et travaille dans divers organismes sur des enjeux comme l’enseignement des arts, les politiques artistiques et culturelles, l’accès aux arts et la formation des travailleurs culturels.

 

Barbara Nepinak

Barbara Nepinak est membre de la Première Nation Pine Creek. Elle a pris sa retraite après 35 ans à la fonction publique fédérale. Elle continue d’être active en milieu urbain et ailleurs en tant que membre de comités consultatifs et de conseils d’administration et en tant qu’aînée et conseillère culturelle. Barb est présentement membre du comité consultatif spécial sur les Autochtones du Musée canadien pour les droits de la personne, membre du conseil d’administration de la fondation Forks et du Conseil des ressources humaines du secteur culturel.

Barb transmet l’enseignement des aînés au conseil scolaire 7 Oaks. Elle a été reconnue comme Recipient of the Keeping the Fires Burning par Ka ni Kanichuik et, à deux reprises, elle a reçu le prix de la citoyenneté. Barbara est interprète et traductrice pour CanTalk, un organisme national qui offre des services d’interprétation et de traduction et conseillère culturelle auprès du personnel du réseau de télévision autochtone APTN. Barb et son mari Clarence agissent également comme aînés et conseillers pour First Peoples Investment Inc. qui offre de la formation et des possibilités de perfectionnement aux organismes des Premières Nations et des Métis. Ils font également partie du comité consultatif spécial sur les Autochtones du Musée canadien pour les droits de la personne.

Barb a été membre du comité consultatif de l’université de Brandon et d’Arts & Cultural Industries. Elle a aussi participé à Developmental Origins of Chronic Diseases in Children Network (DEVOTION), des projets de recherche de l’université du Manitoba et de SPOR – stratégie sur la recherche orientée vers le patient.  

Barb et Clarence ont tous les deux été reconnus comme des gardiens de la sagesse traditionnelle par le cercle des enseignants du Manitoba, ils ont aussi reçu la médaille du jubilé d’or de la Reine et continuent d’enseigner en langue ojibwée au conseil scolaire. Récemment, ils ont été nommés au conseil d’administration national pour les projets sur le changement climatique auprès du gouvernement fédéral et des représentantes et représentants des Premières Nations basés à Ottawa.

Ils possèdent également deux entreprises enregistrées : SummerBear Dance Troupe qui fait connaître l’histoire orale des diverses danses et Anishinabe First Speakers qui fournit des services de traduction et d’interprétation en langue ojibwée. Plusieurs leaders les voient comme des ambassadeurs de la culture du Canada et des Premières Nations. 

 

Howard R. Jang

Récemment, Howard déménageait de Vancouver à Banff, en Alberta, où il occupe le poste de vice-président des arts et du leadership au Banff Centre for Arts and Creativity. Il y est responsable des programmes d’arts, de leadership et de la présentation des programmes.

Auparavant, Howard était professeur de pratique professionnelle à la School for the Contemporary Arts et directeur de la Woodward’s Cultural Unit de l’université Simon Fraser. C’est là qu’il a mis sur pied un nouveau programme d’entrepreneurship créatif pour la School for the Contemporary Arts. Il était aussi responsable des programmes culturels et communautaires publics au Goldcorp Centre for the Arts de Woodard.

Howard Jang a été membre actif de plusieurs conseils d’administration et comités, notamment le Sommet canadien des arts, Orchestres Canada, Manitoba Arts Stabilization, le Conseil des arts du Canada, BC Arts Council Music, la ville de Vancouver, Vancouver Alliance for Arts and Culture, Greater Vancouver Professional Theatre Alliance et l’Arts and Cultural Advisory Committee de la Vancouver Foundation.

Howard est présentement membre du conseil d’administration du Centre de ressources et transition pour danseurs. Il a aussi fait partie du conseil d’administration du Conseil des arts du Canada de 2012 à 2016 et du TELUS Vancouver Community Board de 2008 à 2016. Il est également membre fondateur du Board for Artscape BC et a été membre du conseil d’administration de Tourism Vancouver pendant dix ans, organisme dont il a été président en 2011-2012. 

Howard a souvent été consultant dans les domaines de la planification stratégique, de la création de conseils d’administration, de la planification de la relève, du développement d’un marché, de la recherche de fonds et du développement organisationnel en général et cela, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Formé en musique, Howard a été directeur général de l’Arts Club Theatre Company de Vancouver (2000-2014), du Winnipeg Symphony Orchestra (1997-2000), de Ballet British Columbia (1993-1997) et directeur du Vancouver Symphony Orchestra (1989-1993) et d’Orchestra of St. Luke's NYC (1985-1989).

En 2004, Howard a obtenu un diplôme du National Arts Strategies Executive Program for Non-profit Leaders in the Arts de la Graduate School of Business de la Stanford University. En 2006, Il a suivi le programme de leadership du Shannon Institute de Minneapolis et il a été très honoré d’être nommé au comité exécutif de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

Son expérience d’artiste et d’administrateur des arts lui donne une perspective unique. Il est en mesure de comprendre qu’il est nécessaire d’avoir une vision artistique et aussi ce qu’il faut pour la concrétiser, ce qui lui permet d’équilibrer ces exigences grâce à une bonne planification financière et stratégique.
 

Odile Joannette

Odile Joannette oeuvre depuis près de vingt ans à la défense et à la promotion des droits des peuples autochtones ainsi qu’à l’amélioration de leurs conditions de vie. Elle siège au Conseil de l’Ordre de Montréal et compte parmi les 15 membres qui composent la Table sur la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations. Elle est aussi membre fondatrice et administratrice de DestiNATIONS : Carrefour international des Arts et Cultures des Peuples autochtones et du RÉSEAU pour la Stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal. Elle siège depuis peu au conseil d’administration du projet de Centre de santé autochtone de Montréal. Elle était, depuis 2014, la directrice des partenariats et des communications au sein de la Commission responsable du développement des ressources humaines, de l’emploi et de la formation pour l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador. Aujourd’hui, elle est heureuse et honorée d’avoir récemment accepté la direction générale du Wapikoni Mobile, studio ambulant de formation et de création audiovisuelle et musicale dédié aux jeunes autochtones./p>

 

 

Zainub Verjee

Zainub Verjee est présentement directrice générale de l’Ontario Association of Art Galleries à Toronto. Elle est une leader reconnue dans le secteur des arts et de la culture et, depuis plus de quarante ans, elle a influencé les politiques culturelles à tous ordres de gouvernement et contribué à bâtir des institutions et des organismes culturels au Canada et à l’étranger. 

Dans les années 1970, à l’université Simon Fraser, nouvellement politisée et pleinement engagée dans l’histoire des femmes sur le marché du travail et les centres d’art autogérés, elle profita des suites du rapport Applebaum-Hébert sur la culture (1982) et de la deuxième vague du féminisme pour ajouter la cause des femmes et celle de l’équité entre les races à la discussion. Au cours des deux décennies suivantes, le Canada a élaboré une politique culturelle et Zainub y a joué un rôle important en plaçant l’équité entre les races au centre de ce développement. Elle a plus tard fait le lien entre ces enjeux et le commerce dans le cadre de son travail auprès du Réseau international pour la diversité culturelle dont la promulgation par l’UNESCO de la Déclaration universelle de la diversité culturelle en 2005. Elle est allée bien au-delà de ce qu’exigeait la tâche en favorisant de manière désintéressée la formation d’alliances, la création d’une nouvelle esthétique et l’intégration de la question de l’équité raciale dans l’évolution du discours. La classer dans une catégorie représente tout un défi; elle est à fois organisatrice communautaire, artiste et critique, écrivaine et conférencière prolifique, bâtisseuse d’institutions, réformatrice et agente de changement, professeure et mentor, élaboratrice de politiques et de lois.

Zainub est une pionnière, elle a participé directement à la fondation de plusieurs institutions culturelles (In Visible Colours, B.C.Arts Council, Vancouver Asian Heritage Month, Bureau de l’équité du Conseil des arts du Canada) et elle a élaboré des projets de politiques, défendu les intérêts vitaux des artistes et créé des espaces et des possibilités d’accès pour les artistes canadiens de toutes les disciplines. 

Elle a travaillé comme fonctionnaire pendant plusieurs décennies et elle a joué un rôle efficace dans chacune des fonctions qu’elle a occupées. À la ville de Mississauga, son travail de première directrice a mené à la création d’une division de la culture et au premier plan directeur sur la culture. Au cours de la décennie précédente, elle a été embauchée par Gordon Campbell, diplomate canadien et 35e maire de Vancouver, pour faire de la planification culturelle dans le cadre de son grand projet sur les arts pour la ville de Vancouver. En tant que conseillère principale en politiques à Patrimoine canadien et agente de programme au Conseil des arts du Canada, elle a travaillé sur des dossiers intersectoriels. Pendant près de dix ans, elle a été directrice générale de Western Front. Auparavant, elle avait codirigé et cofondé In Visible Colours, un festival international de films et de vidéos très connu, percutant et unique en son genre à Vancouver et au Canada.

Zainub est une écrivaine, une critique, une conservatrice, une artiste contemporaine et une intellectuelle accomplie. Pendant les deux décennies des années 1980 et des années 1990, elle a été en première ligne des politiques culturelles au Canada, Zainub a cofondé et dirigé le festival In Visible Colours, reconnu par la critique, et le festival de films et de vidéos et symposium international Third World Women et Women of Colour (1988-1990). Elle a été corédactrice en chef invitée pour The Capilano Review et elle a écrit dans plusieurs publications universitaires, culturelles et forums critiques dont le Leonardo Journal (MIT), Kinesis, Parallelogram, Fuse, Horizon, Canadian Art Magazine, Journal of Art and the Public Sphere, etc. Elle est souvent invitée, au Canada et à l’étranger, à prononcer des conférences sur les politiques culturelles, l’art contemporain et la diplomatie culturelle.

Nourrie par la passion, la vision et la ferme conviction que l’art est un bien public, elle joue un rôle de mentor et de modèle depuis des générations. À la suite de l’échec de l’Accord du lac Meech, le gouvernement fédéral a tenté de rejoindre la population en créant des commissions d’enquête publiques. Dans le cadre de la Commission Spicer (1991), Zainub a été nommée modératrice officielle du Forum des citoyens sur l’avenir du Canada. Parmi plusieurs nominations à des conseils d’administrations, elle est fière de son travail à B.C. Arts Board qui a mené à la création du B.C.Arts Act et à la formation du B.C. Arts Council. Présentement, elle est membre, entre autres, du comité consultatif d’ArtsBuild Ontario et présidente du Canadian Filmmakers Distribution Centre. En tant que spécialiste, elle a été invitée aux cérémonies d’ouverture et de fermeture des Jeux olympiques de Vancouver en 2010. 

Ses œuvres ont été exposées à la Biennale de Venise, au Museum of Modern Art de New-York, au Portland Institute of Contemporary Art et on les retrouve dans plusieurs collections privées et publiques comme celle de la Vancouver Art Gallery.

 

Margaret Genovese

Margaret Genovese est partenaire principale de la firme de consultation Genovese Vanderhoof & Associates (GVA) qui offre des services dans les domaines de la  recherche de cadres supérieurs, du développement et du financement, du marketing, de la planification stratégique et opérationnelle, de la création d’un conseil d’administration et du développement de revenus connexes. Installée à Toronto, la firme a entrepris des projets au nom de divers clients du monde de la culture dans chacune des provinces canadiennes, 42 états américains, le District of Columbia, les Territoires du Yukon et la Grande-Bretagne. GVA a eu le plaisir de travailler avec plus de 300 institutions artistiques et culturelles.

Margaret est diplômée de la Brown University et elle détient un MBA et un MFA de la  Southern Methodist University. Récemment, elle recevait le prix Robert Johnston récompensant l’excellence en ressources humaines dans le domaine des arts. Elle a été reconnue pour « l’importance qu’elle a eue dans le domaine de la gestion des arts et de la culture, pour sa détermination à former et soutenir les nouvelles générations d’œuvres artistiques et pour son engagement envers le mentorat dans l’industrie culturelle » ainsi que pour son importante contribution au paysage culturel canadien. Margaret a également reçu le Cultural Executives Award pour son « extraordinaire contribution et son grand engagement envers la gestion de la culture au Canada. »

Pendant dix ans, Margaret a été directrice de la planification et des relations communautaires de la Compagnie nationale d’opéra du Canada où elle a travaillé avec Lotfi Mansouri. Avec Dory Vanderhoof, elle a codirigé (et fondé) Income Managers Program, un projet du Centre for Cultural Manager, du Conseil des arts du Canada et du Cultural Careers Council Ontario, financé par le fédéral et la province ayant pour but de faire de la formation dans les domaines du marketing et du développement culturels. Le projet a permis de former plus de 600 professionnels.

 

charles c. smith

charles c. smith est un poète, un dramaturge et un essayiste qui a écrit et publié douze livres. Il a étudié la poésie et le théâtre avec William Packard à la New York University et au Herbert Berghof Studios ainsi que le théâtre au Frank Silvera’s Writers’ Workshop de Harlem. Il a gagné le deuxième prix de Black Theatre Canada pour sa pièce Last Days for the Desperate, édité trois collections de poésie (dont des œuvres de Dionne Brand, Marlene Nourbese Phillips, Claire Harris, Cyril Dabydeen, Lillian Allen et George Elliot Clarke) et il a aussi publié quatre recueils de poésie. Sa poésie a aussi été publiée dans plusieurs journaux et magazines (Poetry Canada Review, Quille and Quire, Descant, Dandelion, Fiddlehead et autres). charles a fondé le Black Perspectives Cultural Program de Regent Park et il a reçu des bourses d’écriture du Conseil des arts de l’Ontario et du Toronto Arts Council.

charles est directeur général de Cultural Pluralism in the Arts Movement Ontario et directeur artistique du wind in the leaves collective, un groupe interdisciplinaire de performance combinant sa poésie et la musique, la danse et les arts visuels qu’il a fondé en 2009. Il a donné des cours sur le pluralisme culturel à l’université de Toronto Scarborough et au programme d’études supérieures du collège Humber en administration des arts. Il est aussi président du Modern Times Theatre Company et membre du conseil d’administration de Civic Theatres Toronto.

Son nouveau recueil de poésie, travelogue of the bereaved, a été publié en octobre 2014 en même temps que son livre documentaire The Dirty War: The Making of the Myth of Black Dangerousness. Son chapbook whispers est paru en août 2014. Il a publié plusieurs articles dans Stanford Law and Policy, University of Toronto Press, Alberta Law Review, Captus Press et ses écrits sur le profilage racial et la vie des Noirs au Canada ont été publiés par le Centre canadien de politiques alternatives. Sa recherche a été subventionnée par plusieurs institutions dont le Conseil des arts du Canada.

Son dernier recueil de poèmes, destination out, a été publié en mai 2018 par Tightrope Press. 

 

Comité consultatif pour les participants francophones

André Courchesne – Hautes Études Commerciales
Odile Joannette – Wapakoni
Marie Christine Morin – Fédération culturelle canadienne française
Louise Poulin – Arts Experts
Jérôme Pruneau – Diversité artistique Montréal
Marie Christine Morin – Fédération culturelle canadienne française

Personnel

Nos commanditaires